Catégories
Non classé

Une randonnée à Hawaï dans l’un des types de forêts les plus menacés de la planète

Lorsque mon amie Amy a suggéré une « petite » randonnée jusqu’à Pu’u Wa’awa’a, ce qui pourrait être le plus ancien cône de cendres de l’île d’Hawaï, j’étais ravie de m’attaquer à la masse continentale vieille de 100 000 ans qui domine le paysage entre Kona et Waimea. 

Puis vint le sommet… enfin je le pensais. Non, juste une autre pente. Quelques mots choisis sont sortis de ma bouche alors que nous continuions à monter.

Après 4 miles de trekking, nous avons enfin atteint le vrai sommet, haletants et essoufflés. Accueilli par la vue, notre compagnon Joe a plaisanté en disant que nous pourrions faire une « petite » baignade à Maui le week-end prochain. J’ai jeté un bref coup d’œil à Amy, avant que nous ne nous effondrions tous de rire.

Nous y étions parvenus. À couper le souffle ne décrit pas tout à fait l’expérience de la randonnée jusqu’au sommet; c’est comme si vous veniez de conquérir le monde. Nous venions de gravir une élévation verticale de 1 900 pieds, entourés de kilomètres d’étendue panoramique devant nous une fois que nous avons atteint le sommet extraordinaire. En voyant la vue sur la côte de Kona, le Mauna Loa, le Mauna Kea, les montagnes Kohala et la mère du pu’u, Hualalai, chaque goutte d’effort en valait la peine.

En regardant notre environnement immédiat, nous avons repéré des coulées de lave qui remontent à 3 000 à 5 000 ans et embrassent le cône de cendres comme des bras en fusion.

Il y a beaucoup à voir le long du chemin. Les feuilles d’arbres centenaires murmurent dans la brise fraîche et douce mêlée de délicats arômes floraux qui flottent à travers les écosystèmes de forêts sèches mésiques et tropicales qui composent cette merveille géologique. Une cacophonie d’oiseaux chante et de majestueux papillons monarques défilent.

Des fuchsias vifs, des oranges néon, des jaunes lumineux et des violets éclatants fleurissent dans la verdure.

Des siècles de navigateurs hawaïens ont utilisé cette masse continentale de longue date comme point de vue et point de repère tout en traversant l’île. Culminant à environ 4 000 pieds d’altitude avec un diamètre d’un mile, cet ancien vestige du volcan bouclier de l’île d’Hawaï Hualalai et une partie de sa végétation indigène ont remarquablement survécu à des milliers d’années de dévastation volcanique.

Randonnée à travers l’histoire

Les Puʻus sont des collines ou des cônes de cendres sur les flancs d’un volcan. En visitant les îles hawaïennes, beaucoup sont repérés le long du paysage, rappels visuels de la puissance de Pelé.

Il y a longtemps, les îles étaient divisées en bandes de terre en forme de tarte, appelées ahupuaʻa, allant de l’océan aux hautes terres pour répartir uniformément les ressources naturelles vitales des Kanaka Maoli, ou Hawaïens autochtones, qui habitaient l’archipel. Les zones les plus riches en ressources étaient les plus peuplées.

Les habitants des altitudes les plus élevées pouvaient faire du troc avec d’autres près de la côte, en échangeant des bois ou du taro contre du poisson, par exemple, favorisant ainsi un système d’accès aux ressources équilibré qui maintenait en vie les habitants de l’île.                                                               .

Pu’u Wa’awa’a se traduit par « colline sillonnée » en raison de son paysage spectaculaire, sculpté par des millénaires d’écoulements d’eau. C’est aussi l’homonyme du Wa’awa’a Ahupua’a qui comprend 104 000 acres de terre, à peu près la taille de la moitié de Molokai, s’étendant de la baie de Kuhio à près de 6 000 pieds d’altitude.

Des générations ont vécu et pris soin de Wa’awa’a Ahupua’a. Aloha Aina, ou l’amour de la terre, imprègne la culture hawaïenne ; il est enraciné que si vous prenez soin de la terre, elle prendra soin de vous.

Le roi Kamehameha III a fait de cet ahupua’a sa demeure, ce qui lui a valu le titre de terres de la Couronne. Les arbres tels que le wiliwili, l’aiea et le koa qui poussaient ici étaient recherchés pour leurs bois utilisés pour fabriquer des canoës, des outils et des armes.

À la fin du XVIIIe siècle, le bétail a été introduit sur l’île d’Hawaï. Le roi a envoyé un émissaire en Californie pour recruter des cow-boys pour gérer le bétail et enseigner aux Hawaïens comment gérer le bétail au pâturage et les chevaux utilisés pour les disputer. Trois vaquero, cow-boys espagnols mexicains, ont déménagé sur l’île et ont commencé l’histoire des paniolos d’Hawaï, une culture de cow-boy qui existe encore à ce jour.

Mais le gouvernement américain a annexé Hawaï en tant que territoire américain en 1898. Là où autrefois les ali’i, ou la royauté hawaïenne, donnaient aux résidents des droits d’utilisation sur des terres qui appartenaient à tout le monde, les éleveurs et les entreprises ont commencé à exiger des droits fonciers. Des baux furent bientôt fournis aux éleveurs voyant les opportunités de parcours sur Pu’u Wa’awa’a.

Une fois que le bétail a été introduit à la fin du XVIIIe siècle, la croissance qui avait prospéré pendant des milliers d’années a rapidement été réduite à presque rien.

Les îles hawaïennes sont géographiquement isolées et les chercheurs pensent que de nouvelles espèces n’arrivent que tous les 20 000 ans environ. À leur arrivée, le climat équilibré leur permet de s’adapter et de prospérer.

À moins que les bovins, les moutons, les porcs ou les chèvres ne les atteignent.

Des plantes et des arbres non indigènes ont été introduits dans le pu’u par les éleveurs pour l’ombrage et l’utilisation ornementale. Avec tant d’espace inoccupé qui abritait autrefois des arbres indigènes et des plantes sacrées, les espèces étrangères nouvellement plantées ont proliféré rapidement.

L’une était l’herbe de fontaine, une mauvaise herbe résistante au feu et facilement propagée qui s’avère aujourd’hui être l’une des menaces les plus dangereuses pour les écosystèmes de l’île. La terre a été changée à jamais.

Les terres diverses et historiques des Wa’awa’a Ahupua’a ont été transférées en janvier 2002 à la Division des forêts et de la faune. Aujourd’hui, seulement 1% des multiples écosystèmes trouvés sur le cône de cendres se composent d’arbres et de flore indigènes, explique le Dr Elliott Parsons, coordonnateur de Pu’u Wa’awa’a et spécialiste des réserves naturelles.

Pour en savoir plus sur les articles, rendez-vous sur le blog partenaire publicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.